vendredi 26 avril 2013

Eclipse partielle de lune du 25 avril 2013 !

Le temps est tellement mauvais depuis des mois que les astronomes amateurs en oublient presque de regarder s'il y a des choses à photographier dans le ciel !
Hier soir, mon regard est attiré par la pleine lune en train de se lever. De suite, je remarque qu'il lui manque un bout... Je me souviens alors qu'il y avait une éclipse très partielle de lune ce jeudi, visible vers 22h00.

Je vous propose une image faite un peu dans la précipitation.

Paramètres :
- Canon EOS 550D + 70/200 4.0 IS L + doubleur Canon + ext. x1.4 Canon.
- 800 iso / F/11 / 320è s
- trépied photo + IS
- map via liveview

L'éclipse était donc très light (1% !). Mais on voyait tout de même très nettement la partie supérieure gauche assombrie par l'ombre et surtout par la pénombre.

mardi 23 avril 2013

Ça rapporte l'Euro Millions...

... notamment au photographe qui pense à photographier une grille de jeu en studio, pour les besoins de la presse papier et d'Internet. C'est le cas par exemple pour le site francetv qui nous parle de la gagnante des 26 millions d'euros qui va aider la Croix Rouge.

Cette image toute simple a été réalisée en studio à l'aide d'un Canon EOS 550D équipé du zoom Tamron 28-75 2.8 et d'une bague allonge 12 mm.

Pour accéder aux infos : cliquez ici.

vendredi 12 avril 2013

Partir en Islande en hiver

Cela faisait de nombreuses années que je souhaitais découvrir l'Islande en hiver (pour bénéficier de nuits suffisamment longues), notamment pour observer et photographier les aurores boréales. Je suis donc parti avec un ami en janvier dernier durant deux semaines, dans le but de voir ces phénomènes lumineux exceptionnels mais aussi de découvrir cette île de l'Atlantique nord. 

Afin de préparer mon séjour, je me suis mis en quête d'informations sur le climat, le budget à prévoir, la location d'un véhicule, le logement sur place, les pièges à éviter, etc. Or, je me suis vite rendu compte que les conseils et avis donnés à travers les sites web et autres guides pratiques correspondaient essentiellement aux périodes classiques de visites de l'île, lorsque les conditions climatiques et de luminosité sont les plus favorables. En gros : de mai à septembre inclus ; et que les informations concernant les autres périodes, notamment pour l'hiver, étaient rares et souvent imprécises. 


Le présent article vise donc à combler – humblement et synthétiquement – ce manque, à travers mon vécu durant ces deux semaines. J'en profiterai aussi pour vous exposer dans les grandes lignes les avantages et les inconvénients de la période hivernale, et pour vous donner quelques conseils pratiques. J'espère aussi que les images qui agrémentent cet article vous donneront envie de franchir vous aussi le pas...


Quels sont les avantages de la période hivernale ?


Les tarifs des billets d'avion sont très bas !
Nous sommes partis en janvier 2013 via un vol classique Paris/Reykjavik sur la compagnie nationale Icelandair. Le billet A/R nous a coûté 320 € par personne ! Difficile de faire plus attractif surtout lorsque l'on connaît les prix habituellement pratiqués à partir du mois d'avril sur cette même destination.

 
Les tarifs des logements sont bas et leur taux de remplissage faible !
En janvier, nous sommes là-bas en très basse saison touristique... Auparavant, les hôteliers avaient visiblement tendance à fermer du fait de l'absence de touristes. Les choses changent pour le bonheur des « hors saisonniers » : durant deux semaines, nous avons sillonné l'île des fjords du nord-ouest à la côte est, en privilégiant systématiquement les chambres d'hôtes (chambres avec généralement 4 lits, cuisine, salle de bain et WC communs). A quelques exceptions, celles-ci demeurent ouvertes même si personne ne vient y séjourner. Ainsi, il nous est arrivé à plusieurs reprises de venir frapper à leur porte et négocier très facilement 1 ou 2 nuits à des tarifs extrêmement attractifs (entre 10 et 15 € par nuit et par personne). Les chambres d'hôtes islandaises sont très propres et d'autant plus spacieuses qu'il n'y a alors que vous : nous avons par exemple eu la chance de nous partager une immense chambre d'hôtes comprenant 30 chambres et un réfectoire pour 300 personnes, à quelques km des geysers de Geysir, un site pourtant ô combien touristique !


Il y a peu de touristes !
Pour certains voyageurs, ce critère l'emporte sur tous les autres... En janvier, les cars de touristes se font rares. Du coup, il devient possible de profiter pleinement des sites les plus spectaculaires, de prendre le temps de les admirer et de les photographier.

 
Les nuits sont longues !
Point positif pour certains (pour observer les aurores boréales), et point négatif pour d'autres (cela laisse moins de temps pour admirer certains paysages). Il faut être allé en Islande pour comprendre les conditions de luminosité locales... En janvier, les premières lueurs de l'aube apparaissent vers 7h00 du matin. On assiste ensuite à une montée progressive de la luminosité jusqu'au lever du soleil vers 11h00. Durant cette période, et si le ciel est suffisamment dégagé, l'aube est spectaculaire et offre matière à de belles observations et photographies des sites. Le Soleil est visible à quelques degrés de l'horizon durant les heures qui suivent, à l'instar d'un coucher de soleil qui durerait étonnement longtemps. Cette période offre aussi de très belles lumières rasantes typiques. A partir de 16h00, le coucher est proche et le crépuscule qui s'ensuit perdure jusque vers 19h30 environ. Après ? C'est la nuit jusqu'à 7h00 le lendemain matin. 


Les inconvénients de la période hivernale


Les journées sont courtes !
Il est clair que si votre priorité est la découverte diurne de l'Islande, les 4 ou 5 heures de vraie luminosité par jour risquent de vous frustrer considérablement !

 
Le climat est rude !
Certes, la période estivale ne garantit pas forcément du très beau temps mais il faut reconnaître que la période hivernale impose quelques contraintes. Durant les deux semaines sur place, nous avons ainsi joué à cache cache avec le beau temps. Les températures minimales rencontrées n'étaient jamais inférieures à -3 ou -4 degrés (uniquement durant la nuit). En journée, les températures moyennes étaient de l'ordre de 5 degrés. Il a plu assez souvent. Nous avons toutefois pu cumuler environ 5 jours de beau temps. La neige n'a quasiment jamais été présente !? Une surprise pour nous qui nous attendions à nous retrouver systématiquement dans des paysages tout blancs. Elle est tombée en fait le jour de notre arrivée et la veille de notre retour. En revanche, c'est du côté du vent que nous avons été les plus pénalisés : souvent continu, il souffle parfois fort (jusqu'à 80 km/h). C'est fort désagréable pour les visites comme pour les prises de vues.
Pour nous jouer de ces conditions climatiques, nous avons profité des précieuses prévisions météo fournies par le site web : http://en.vedur.is/. Ce site est une vraie merveille car il est précis et permet de gérer heure par heure ses déplacements en fonction de la couverture nuageuse, des pluies ou neiges annoncées. Pour se connecter au web, il faut bien évidemment venir avec un ordinateur portable, un notebook, une tablette, un smartphone, etc., et rechercher les bornes Wifi, heureusement courantes sur l'île (stations essence, restaurants, cafés, chambres d'hôtes, etc.).


Conseils pratiques


En fonction des points positifs et négatifs que j'ai constatés à cette période, voici une synthèse des conseils que je ferais à tout voyageur intéressé :

1 – A votre arrivée en Islande et à la veille du retour, prenez une chambre dans l'un des petits hôtels situés dans le centre historique de Reykjavik (comptez 30 € par personne environ, avec petit déjeuner inclus). La réservation peut se faire via le site web booking.com qui est sérieux et très pratique.
2 – Amenez votre sac de couchage et privilégiez ensuite systématiquement les chambres d'hôtes proposant une prestation lit avec sac de couchage (sleeping bag) : vous ne paierez pas cher la nuitée !
3 – Louez une voiture classique, qui sera à cette période de l'année équipée de pneus neige. Les routes principales et secondaires sont souvent dégagées et parfaitement praticables avec ce type de véhicule. Il a de plus le gros mérite d'être nettement moins coûteux à la location et moins vorace en carburant qu'un 4x4.
4 – Établissez votre planning de route au jour le jour, en fonction de la météo. Pour cela, votre « outil internet » sera très utile dès que vous vous arrêterez pour faire une pause dans une station service ou dans un restaurant. Cela suppose donc d'accepter de faire des heures de route pour trouver le beau temps...
5 – Faites des courses dans les supermarchés que vous trouvez sur la route. En chambres d'hôtes, on fait son repas... Les prix des denrées alimentaires sur place ne sont pas excessifs et on trouve tout le nécessaire pour se faire plaisir.

 
Côté vêtements...
Ce n'est donc pas spécialement le froid qui pose problème en Islande en hiver. A moins que vous passiez systématiquement les longues nuits à guetter l'apparition des aurores boréales, la priorité vestimentaire se situe plutôt du côté de la pluie et du vent : les vêtements coupe-vent et chaussures doivent être impérativement étanches, car visiter certains sites dans des conditions climatiques difficiles est malheureusement quasi inévitable durant le séjour. L'anorak doit aussi posséder une capuche efficace. Il convient enfin de ne pas oublier une bonne paire de gants type « gants polaires ».


Côté matériel photographique
Tout type de matériel, du compact au reflex performant avec son zoom, peut suffire. En revanche, si vous souhaitez faire des photos des aurores boréales, le reflex (avec sa télécommande) et un solide pied photo s'imposent. Les focales à privilégier vont du grand angle (24 mm par exemple) au court téléobjectif (120 mm par exemple). En Islande, peu de sujets nécessitent en effet le recours à des longues focales : les animaux sont rares et les détails géologiques et/ou paysagers correspondent généralement à des montagnes, glaciers, volcans ou chutes d'eau aux dimensions conséquentes.


Autres accessoires indispensables ou non
Le couteau suisse (à mettre en soute durant le vol) permet de casser la croûte sur site. Le GPS est utile pour retrouver son chemin, surtout si vous aimez crapahuter pour aller voir de plus près certains sites (je pense aux glaciers notamment). Les chaufferettes (à glisser dans ses chaussures) sont utiles pour ceux qui décident de passer des nuits à guetter les aurores boréales. En revanche, les lingettes et autres papiers toilettes ne s'avèrent pas vraiment indispensables : le coût modique des chambres d'hôtes et des douches dans certaines stations services permet de se laver facilement ; tandis que les WC sont monnaie courante dans la plupart des sites touristiques (y compris dans des endroits aussi inattendus que certaines chutes d'eau reculées).


Côté budget
Pour deux semaines sur la base de deux personnes en janvier, notre budget total incluant les vols A/R, la location de la voiture, les frais d'essence, les hôtels, chambres d'hôtes, et les repas s'est établi aux alentours de 1 500 € par personne. Les achats et consommations sur place étaient la plupart du temps réglés par carte bleue. On peut aussi facilement tirer des espèces aux guichets de banques présents dans les diverses villes traversées.
Nous n'avons pas eu le sentiment que le coût de la vie était si élevé en Islande !? Peut-être est ce du à la période choisie pour notre séjour, à un taux de change favorable, ou encore au fait que nous avons su éviter les dépenses les plus importantes liées aux hôtels et à certains restaurants notamment...


Complément au présent article (ajouté le 28 janvier 2013). 


J'ai effectué un autre séjour en Islande afin de photographier notamment les aurores boréales, cette fois durant la période de la Toussaint. J'ai ouvert un fil sur le site de Chasseur d'Images, fil qui a rencontré un beau succès... Vous retrouverez donc de nouvelles images et surtout de nouveaux conseils en fonction des interventions de chacun en cliquant ici !

mercredi 10 avril 2013

Les Anglais utilisaient-ils du spath d'Islande pour se diriger !

Les navigateurs anglais utilisaient-ils jusqu'au milieu du 16è siècle du cristal de calcite pour se repérer en mer ? C'est ce que laissent entendre des scientifiques qui ont retrouvé ce cristal (du spath d'Islande précisément) dans une épave. Le spath était en effet utilisé par les navigateurs nordiques pour trouver le Soleil, y compris dans des conditions climatiques difficiles (nuages), ou lorsque le Soleil se trouvait sous l'horizon, grâce à ses propriétés de dépolarisation de la lumière.

Pour illustrer cette info, rien de mieux que de montrer un spath d'Islande typique ! Ça tombe bien, j'en avais photographié un pour mon agence...

Pour accéder à la news : cliquez ici.

samedi 6 avril 2013

La discrimination selon Air France !

La compagnie française n'a pas hésité à débarquer de son vol une étudiante pro-palestinienne au motif qu'elle n'était pas juive !? Cette affaire remonte à avril 2012... Une étudiante infirmière devait se rendre en Israël pour une opération "Bienvenue en Palestine". Alors que son avion s'apprêtait à décoller, un personnel d'Air France est venu lui demander si elle possédait un passeport israélien, avant de lui demander ensuite si elle était juive. Devant ses réponses négatives, Air France a décidé de débarquer la passagère.

La compagnie nationale vient donc d'être condamnée pour discrimination et devra payer 10 000 € d'amende et 3 000 € de dommages et intérêts. Le site du Point, qui relate cette histoire, utilise une image montrant un Boeing 777 sur le point d'atterrir. Image réalisée avec un Canon 550D équipé d'un 70/200 4.0 IS L + ext. x1.4.

Pour accéder à cette news : cliquez ici.

mercredi 3 avril 2013

L'Outre-Mer pas favorable au mariage gay ?

Les sénateurs vont débuter leurs débats sur le mariage gay. Les sénateurs de l'Outre-Mer sont visiblement contre ce projet de loi... Le site francetv relaie cette information sur l'un de ses sites internet. Pour illustrer le sujet, c'est mon image montrant la façade du Sénat (côté jardins du Luxembourg) qui a été choisie. Image faite l'année dernière à l'aide d'un Canon 550D équipé de son 18/55 IS d'origine.

Pour accéder aux infos : cliquez ici.

mardi 2 avril 2013

Immatriculations en baisse. Dacia en hausse.

Si les immatriculations de véhicules neufs continuent leur chute en février 2013, certaines marques tirent quand même leur épingle du jeu. C'est le cas pour Dacia - la marque low cost de Renault - qui progresse sensiblement. 

Le site auto-addict.com, relayé par celui du Point, lance l'information. Pour l'illustrer, le site utilise mon image faite à l'occasion du Mondial de l'Auto à Paris. Cette image montre le logo Dacia en gros plan et fut prise avec un Canon EOS 550D équipé d'un zoom 70/200 4.0 IS L.

Pour accéder à cette news : cliquez ici.